Pourquoi réaliser une inspection de sécurité sur chantier ?

L’inspection de sécurité sur chantier renforce la prévention, participe à une meilleure culture sécurité et facilite la gestion des risques. Lorsque plusieurs entreprises ou travailleurs indépendants sont appelés à intervenir dans des opérations de bâtiment ou de génie civil, la mise en place d’un coordonnateur de sécurité est rendue obligatoire par le Code du travail (articles R. 4532-1 à R. 4532-98).

Le principal objectif de l’inspection de sécurité sur chantier

Le principal objectif est de prévenir les risques résultant de leurs interventions et de promouvoir l’utilisation des moyens communs.

L’inspection de sécurité sur chantier vient s’ajouter aux mesures déjà en place. Cette démarche supplémentaire et complémentaire à l’initiale ne peut toujours pas garantir le risque zéro. Mais elle contribue à un renforcement de la prévention, participe à une meilleure culture sécurité et facilite la gestion des risques.

Comment est réalisé une inspection de sécurité sur chantier ?

Le suivi des chantiers doit être réalisé de façon périodique. Des visites inopinées, planifiées selon l’intensité et les niveaux de dangerosité des travaux définis selon un planning projet, sont organisées afin de :

  • Auditer toutes les tâches en cours de réalisation ;
  • S’assurer de la présence de tous les corps de métier et notamment celle des acteurs de la prévention terrain ;
  • Identifier les points de non-conformité, les améliorations possibles ;
  • Intervenir et traiter si nécessaire des situations jugées dangereuses.

Chaque visite fait ensuite l’objet d’un compte-rendu dans les 12 à 24h qui suivent l’inspection, il comprend :

  • Les anomalies rencontrées sur le site (Ex : Absence de balisage)
  • Les stops-actions (Ex : Interruption d’une manœuvre de levage estimée dangereuse) ;
  • Proposition des mesures préventives (Ex : Formation d’un coordinateur de manœuvre) ;
  • Observations générales (Ex : Souhait d’une présence systématique du CSPS ou d’un animateur lors des manœuvres à risque, absence des équipes sécurité, etc…).

Un exemple d’anomalie relevée lors d’une inspection de sécurité sur chantier

Lors d’une visite d’inspection sécurité sur un chantier de construction d’un bâtiment logistique, une anomalie a été repérée concernant une opération de levage de poutres béton d’environ 10 tonnes au-dessus de salariés. Les conséquences résultantes d’une défaillance d’une chaine de maintien pourraient être dramatique.

Quelles mesures correctives apportées ?

Dans un premier temps l’opération de levage doit être arrêtée, les employés doivent être informés de la dangerosité encourue et dans un second temps une formation sur les opérations de levage doit être réalisée au profit des personnes concernées.

Un exemple d’accidents qui peut être évité en réalisant des inspections de sécurité sur chantier

À Boves le 22 mars 2017 sur le chantier de construction de l’entrepôt Amazon, un ouvrier âgé de 27 ans a succombé à ses blessures suite à un polytraumatisme sévère dû à la chute d’une plaque de béton. L’enquête a mis en évidence qu’un mur en béton qui était en cours de construction s’est effondré. L’inspection du travail a constaté de graves manquements à la sécurité sur un chantier de l’entrepôt Amazon de Chalon-sur-Saône, quelques mois après le décès accidentel d’un salarié dans la Somme.

Lire l’article

Selon France 2, sur l’année 2018, 318 accidents de travail ont été causés par des chutes de hauteur dont 49 sont mortelles.

Un témoignage d’un ouvrier grièvement blessé

En 2015, cet ancien couvreur de 26 ans change un velux sur un chantier, pas attaché il glisse de l’échelle et fait une chute de 10 mètres.

Florian MORALES témoigne : « A l’époque, j’étais jeune, je n’étais pas conscient, je n’étais pas assez sensibilisé à la sécurité pendant mon apprentissage. Ma mâchoire a été brisée, pour cela ont m’a mis des vis et des plaques pour tout remettre en ordre, mais aussi des vis dans la hanche de 12 cm, on m’a arraché 9 dents, je me suis cassé le poignet, j’ai la main qui bloque, poumons perforés, chevilles cassées, si je pouvais vous montrer les cicatrices, elles sont toujours présentes là où l’on m’a mis les plaques».

Florian MORALES boite encore aujourd’hui, de ce fait il ne peut plus exercer son métier. Il doit donc se reconvertir. Il regrette de ne pas être encadré.

Lire le témoignage

N’hésitez plus à mettre en place des inspections de sécurité sur chantier pour prévenir des risques

PDCA Engineering vous accompagne sur vos projets afin de vous apporter plus de sérénité, limiter les temps d’arrêt et réduire les niveaux de risques pour le bien de vos hommes et de votre business.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram