27.png

Expertise Assureur (Visite de prévention - RCCI - Audit de vulnérabilités)

La visite de prévention assureurs

Dans le cadre de l’assurance des risques industriels, une visite de prévention des risques appelée analyse de vulnérabilité est régulièrement réalisée.

 

Cette visite est réalisée généralement par un ingénieur prévention possédant de solides compétences techniques et règlementaires, et de préférence titulaire également d’une expérience opérationnelle et industrielle. L'objectif de cette visite de prévention ou analyse de vulnérabilité est de mieux discerner les contraintes et exigences de production de l’assuré pour garantir une approche pragmatique et réaliste.

 

A partir de la situation existante, cette visite de prévention apporte des axes d’améliorations en termes de prévention de pertes d’exploitation directement liées aux différents risques : Incendie/Explosion, Bris machine, Événements climatiques ou encore à un Acte de malveillance voire terroriste.

L’identification des risques

Les risques sont des événements dont la survenance peut s’avérer problématique et compromettre le bon déroulement de l’activité de l’entreprise. Son identification passe par l’analyse des causes dudit problème, on parle dans ce cas de facteurs de risques ou par l’analyse du problème lui-même, on parle alors d’objet de risque.

L’évaluation des risques

Une fois identifiés, les risques doivent être évalués en fonction de la sévérité des pertes potentielles et de leur probabilité.
L’analyse de vulnérabilité doit permettre de hiérarchiser les risques en termes de perte d’exploitation et d’en quantifier l’impact financier pour l’exploitation en cas de survenance.

L’important est donc de réaliser la meilleure évaluation possible afin de prioriser efficacement les différentes mises en œuvre du plan de gestion des risques. Plus la perte estimée est lourde et plus l’événement a de chances de se réaliser, pire est le risque. L’évaluation des risques s’articule autour de 2 composantes : un relevé de faits générateurs, qui ne sont pas forcément liés à des écarts règlementaires, et l’inventaire des points dangereux variable en fonction du ressenti de l’ingénieur.

Les faits générateurs sont des faits ou causes qui peuvent être à l’origine d’un sinistre. L’identification des faits générateurs permet de définir les mesures de prévention de nature à réduire la probabilité d’occurrence d’un sinistre.

 

Les points dangereux correspondent aux installations, aux équipements ou aux activités du site ou dans le voisinage, où un dommage peut survenir suite à un fait générateur dont les conséquences seront graves pour les biens, l’activité ou l’environnement de l’entreprise.

L’identification des points dangereux permet de localiser les zones à risques, d’évaluer la gravité potentielle du sinistre et d’adapter les mesures de prévention et de protection.

Comment se déroule une visite de prévention ?

Déroulement d’une visite de prévention

  1. Avant la visite : envoi au client d’une liste de documents (bilan annuel, valeurs du patrimoine à assurer, liste des pièces critiques, plan de masse, schéma du procès, organigramme des services, etc.…) qu’il devra fournir et mettre à disposition de l’ingénieur prévention dès le début de la visite. Validation du programme de la visite.

  2. Premier jour de la visite : réunion de démarrage – rappel du principe et du déroulé de l’expertise

  3. Jour(s) suivant(s) : réalisation de la visite de l’ensemble du site. Inspection des locaux et du procès en compagnie des différents responsables (maintenance, production, ingénierie, HSE, etc.…). L’idée est d’alerter sur les situations à risques et d’apporter des solutions basées sur un échange avec les différents intéressés par souci de transparence et de faisabilité des recommandations proposées.

  4. À l’issu de cette visite : une réunion de clôture est menée. Cet entretien a pour but de mettre en avant les points positifs et de présenter les risques qui ont été identifiés et de voir dans quelles mesures des améliorations peuvent être entreprises.

  5. Rédaction d'un rapport : ce rapport propose au client comportant les différentes remarques et solutions à mettre en œuvre pour améliorer sa prévention des risques.

Composantes de l’évaluation de vulnérabilité

Risque incendie et/ou explosion

  • Dysfonctionnement électrique

  • Travail par point chaud

  • Erreur humaine

  • Conséquences de la foudre

  • Imprudence de fumeur

  • Acte de malveillance

  • etc.

  • Rupture d’un élément de machines

  • Vice de conception

  • Absence de contrôle et/ou d’entretien

  • Corrosion

  • Erreur humaine

  • Conséquences indirectes de la foudre

  • Acte de malveillance

Bris de machine

Événements naturels ou autres

  • Séisme, tsunami, effondrement de terrain

  • Tempête, cyclone, ouragan, orage

  • Phénomènes hivernaux

  • Inondation

  • Chute d’aéronef

  • Dégâts des eaux

  • Mouvement social, émeute, attaque

Estimation des valeurs à définir dans le contrat d’assurance

SMP : Sinistre Maximum Possible

​Le Sinistre Maximum Possible correspond aux pertes estimées suite à un accident si rien n’est fait pour l’éviter ou le combattre. Le SMP évalue le montant maximum auquel pourrait être exposée une entreprise. Il doit prend en compte les interactions (effet domino). Il représente le montant maximum de dommages qu’un seul sinistre peut entraîner lorsque les circonstances les plus défavorables se trouvent réunies. Cette évaluation est réalisée pour le risque incendie/explosion comme pour le risque bris machine.

SRE : Sinistre Raisonnablement Escomptable

Le Sinistre Raisonnablement Escomptable correspond aux pertes estimées suite un accident lorsque la prévention et la protection sont effectives. Le SRE se déduit non pas du SMP, mais des scénarios de SMP, sur des bases conventionnelles. Cette notion est particulièrement indispensable pour fixer des plafonds de garantie raisonnables en assurance de responsabilité générale.

  • Visite de prévention des risques pour des Cimenteries au Nigeria, en Irak, en Côte d’Ivoire et au Benin

  • Visite de prévention des risques pour des Raffineries SOGARA au Gabon et la SIR en Côte d’Ivoire

  • Des aciéries, des usines de métallurgies

  • Des usines de plasturgie, de compoundage, de production et vente de produits chimiques

  • Usines agro-alimentaire et des entrepôts frigorifiques

  • Bases logistiques et transport

  • etc.

Voici quelques exemples de missions réalisées par PDCA Engineering :

© 2020 par PDCA  Engineering

Créé par SalesCorp.